Mon mari est handicapé suite à un grave accident, il refuse le dialogue.

Anne-Sophie s’inquiète pour son mari qui semble se murer dans le silence alors qu’il a vécu un véritable traumatisme. Elle cherche des solutions pour lui venir en aide.

« Suite à un grave accident de moto, mon mari a perdu l’usage de ses jambes. Il se sent très diminué, il dit qu’il est une charge pour la famille et refuse d’avoir une vraie conversation sur le sujet avec moi.

Je vois qu’il ne va pas bien, mais comment l’aider s’il refuse le dialogue ? »

Anne-Sophie, 43 ans

 

Votre proche traverse une période particulièrement éprouvante. Non seulement il est devenu handicapé, mais en plus il se rend compte qu’il ne peut plus assumer son rôle au sein de la famille.

Son silence est compréhensible car il est partagé entre la colère suite à ce qu’il a vécu et son sentiment de culpabilité vis-à-vis de vous.

Il est primordial que votre proche libère sa parole afin d’exprimer ce qu’il ressent et ainsi envisager l’avenir. Cela permet d’évacuer le stress et de ne pas s’enfermer dans les effets du choc subi.

 

 

L’écoute post-traumatique est un métier et fonctionne mieux lorsqu’elle est réalisée par des tiers : votre proche peut s’adresser à des professionnels qui ont l’habitude de gérer ce type de situations tels que les psychiatres ou les psychologues.

Sachez également qu’il existe des associations de victimes de la route. Bien souvent elles organisent des groupes d’échanges pour aider les accidentés à parler et à aller de l’avant.

 

De votre côté, nous vous conseillons de l’aider dans ses démarches et d’être disponible pour lui apporter une écoute bienveillante si ses souhaits évoluent.

En tant qu’aidant(e), cette situation peut être compliquée à gérer pour vous, et avoir des impacts sur votre moral.

 

Afin de pouvoir continuer à améliorer la qualité de vie de votre proche dans de bonnes conditions, il est essentiel de penser à vous. Prendre du temps pour soi, pour se reposer, souffler, ou consulter un thérapeute, n’est pas un choix égoïste. Cela permet de se donner les moyens de continuer à aider son proche avec la même attention.

 

 

Vous vous sentez démuni(e) face au traumatisme que vit un de vos proches ? Votre situation d’aidant(e) est compliquée à vivre ? Vous êtes en situation de handicap et avez besoin d’aide pour la vie quotidienne ou pour vos démarches ? Contactez un conseiller Solidarm afin de parler de votre situation. Il vous apportera une écoute attentive et pourra vous orienter au mieux selon votre situation

/

Contactez-nous